DREAD Blog

Retour au BLOG

Etats d'âme d'un tueur à gages...

March 7, 2019

 

 

 

Cedrick « Doggie » Murray, le tueur à gages du terrible gang Stone Crusher s'est fait abattre par  la police en 2010. On a retrouvé sur son corps son « meilleur ami », un Cigpro 9 mm, ainsi qu’un étonnant journal intime où l’assassin se livre avec une authenticité… déroutante. Extrait :

 

 

“ Tout a commencé à mes douze ans, écrit-il. Ma vie a rapidement sombré dans la criminalité et la prison m'a appris beaucoup de choses - des bonnes comme des mauvaises.” Au début des années 90, Doggie se retrouve pris dans les affrontements qui opposent les deux petits gangs de Mo'Bay (et part) se mettre au vert aux States. Lorsqu’il rentre au bercail, il a appris à tuer. (…) Mais Doggie reste un tueur de l'ombre.  Son truc, ce sont les contrats. Il passe le plus clair de son temps à voyager dans l'île, pour tuer des gens. Pendant ce temps, la police élimine un à un les Dons du Stone Crusher, son gang. Désormais isolé, Doggie fait son apparition sur la fameuse liste des  most wanted en 2002 - on lui impute six meurtres dans la seule paroisse de St James et un triple homicide sur Felicity Road, à Montego Bay. Il s'enterre dans le fief forteresse de Christopher “ Dudus ” Coke : Tivoli Gardens, à Kingston ouest, en compagnie du nouveau Don du gang, Eldon Calvert. Cette période, d'après son journal, respire la solitude profonde et le désespoir d'un quotidien éloigné de ses proches. En janvier 2008, la police fait une incursion à Tivoli. La poudre parle mais au milieu du chaos, Doggie et Calvert parviennent à s'enfuir de leur appartement quelques minutes seulement avant qu'il ne soit pris d'assaut par les forces de l'ordre. L'opération coûte la vie à six personnes.

 

 

"Doggie reste un tueur de l'ombre. Il passe le plus clair de son temps à voyager dans l'île, pour tuer des gens."

 

            Calvert se fait arrêter peu après. Seul et en cavale, Doggie vit deux années difficiles, avec la police aux trousses, sans savoir à qui se fier. Dudus l'accueille toujours dans son fief mais les liens semblent fragilisés depuis qu’un politicien du JLP accuse le tueur de l’avoir menacé. Doggie trouve le moyen d'y remédier lors de l'assaut sur Tivoli, en 2010. Il a toujours affirmé que son arme était au service de son Don ; il le prouve à cette occasion. Il fait même venir des membres du Stone Crusher à Tivoli pour grossir les rangs de l'armée de Dudus. Un bon moyen de prouver sa loyauté. Durant les trois jours de fusillade, Doggie se bat comme un enragé. “ J'ai fait feu avec mon AK jusqu'à ce que je ne sente plus mon index, j'ai avalé de la poudre jusqu'à ce que je me mette à suffoquer. ”  Par la grâce de Dieu, il sort vivant de cette terrible épreuve. “ Et mon Don est libre ”, conclut-il. Ayant fui au milieu des combats, Christopher “ Dudus ” Coke ne se fait arrêter que quelque temps après.

 

        Doggie se retrouve dans les collines de St Andrew, au milieu de la végétation, hanté par la peur et les humeurs suicidaires, obsédé par sa belle reine à la peau d'ébène et son bébé de six mois. “ Je suis vivant, dit-il, mais ceci n'est pas une vie. Je suis assis là et je ressasse ma vie. Hier, j'ai dû m'enfuir dans les collines, sous la pluie - fausse alerte. J'ai raté ma vie. (…) Je suis partout et nulle part, mes enfants me manquent terriblement, la vie ressemble parfois à des sables mouvants. (…) Je mène une lutte intérieure contre la peur, la dépression et la colère. J'avais tant de choses à offrir, mais j'ai laissé mes sentiments m'entraîner vers la colère, et voilà où cela m'a mené - je vis la vie d'un fugitif.”  Doggie tente de garder espoir mais sa “ belle reine à la peau d'ébène ” finit par le lâcher, fatiguée des coups, du stress. Il dit la comprendre, ne pas lui en vouloir. Son bébé lui manque. Doggie attend la fin avec quelques remords, mais aucun regret. “ Je ne regrette rien de ce que j'ai fait par le passé, je suis un vrai gangster, hardcore. (…) Si je suis acculé, je me battrai jusqu'au bout.” 

 

Retrouvez la suite dans Les Gangs de Jamaïque (DREAD Editions) :

 

 

 

Please reload

Featured Posts

Visite street art du cimetière jamaïcain de May Pen!

November 6, 2019

1/7
Please reload

Recent Posts

October 16, 2019

Please reload

0