DREAD Blog

Retour au BLOG

Roy Augier reçoit un exemplaire du Mouvement Ras Tafari (DREAD Editions)...

March 3, 2018

Roy Augier, dans son antre intellectuel, à Kingston, présente la première traduction française du rapport sur Ras Tafari, qu'il a co-écrit voici 58 ans avec feu Rex Nettleford et feu M.G. Smith.

 

Des piles de livres, de journaux jusque sur la table à manger, recouvrant des bureaux ou des chaises sur plus d’un mètre de haut ; des tableaux aussi, sur tous les murs, souvent d’inspiration naïve ; tant et tant que quelques dizaines d’entre eux sont stockés par terre, sous les interminables étagères de livres. Ainsi vivent les intellectuels en 2018 ! Ainsi vit Roy Augier, professeur émérite à la University of the West Indies et co-auteur d’un ouvrage clé dans l’histoire de Rasta, publié en 1960 avec Rex Nettleford et M.G. Smith. Il est le dernier survivant de ce prestigieux triumvirat et il découvre ce jour la première traduction française de cet ouvrage, que nous avons publié voici quelques mois sous le titre Le Mouvement Ras Tafari.

 

Á 93 ans, Roy Augier a certes le geste lent, mais l’esprit d’une redoutable vivacité. Impeccablement mis, la diction claire et l’ouïe fine, il se lance avec nous dans une courte histoire politique des Caraïbes, sa spécialité universitaire. Né à Saint Lucia, Roy Augier reste persuadé qu’une « Fédération des Antilles » telle que la défendit notamment le People’s National Party (PNP) à la veille de l’indépendance de l’île, survenue en 1962, reste la solution pour des petits pays comme la Jamaïque, pris dans la tourmente économique. Arrivé sur l’île dans les années 50, il a connu l’époque où la Jamaïque était encore un pays dit « développé » ; avant l’abandon de la Livre Sterling. Depuis, la situation n’a fait que se détériorer et le bilan du troisième millénaire ne plaide guère en faveur des optimistes. Pourtant, Roy Augier qui « fut un jour socialiste », reste persuadé que la Jamaïque pourrait mieux faire ; ne serait-ce qu’en commercialisant ses richesses naturelles comme le « ackee fruit » ou la banane ; à condition de créer un marché antillais « protégé », à l’image du marché commun européen. « Fut un temps, dit-il, où nous vendions nos bananes en Angleterre à un très bon prix. »

 

Thibault Ehrengardt (en blanc, of course) présente la version française du rapport à Roy Augier à Kingston (2018).

 

Lorsqu’il examine l’exemplaire du Mouvement Ras Tafari, il sourit avec cette douceur insondable, se dit très satisfait de la couverture ; mais ne peut s’empêcher, en bon intellectuel, de s’arrêter longuement sur la liste de nos ouvrages déjà parus sur la Jamaïque. Il pointe aussitôt l’Atlas des premières cartes de l’île... « Je voudrais bien l’avoir, celui-ci. »  L’âge n’a en rien altéré son acuité intellectuelle et lui présenter officiellement, même formellement, cette édition fut un véritable plaisir.

 

Le Mouvement Ras Tafari (1960), par Roy Augier, Rex Nettleford et M.G. SMith. Paru en 1960, il s'agit du tout premier rapport universitaire jamais paru sur le mouvement rasta. Il est aujourd'hui encore la source primaire de référence pour quiconque entreprend d'étudier le mouvement.

Notre édition est la première traduction française jamais parue.

 

 

 

Please reload

Featured Posts

Visite street art du cimetière jamaïcain de May Pen!

November 6, 2019

1/7
Please reload

Recent Posts

October 16, 2019

Please reload

0