DREAD Blog

Retour au BLOG

Jamaica Insula #10 : Bob Marley & Moi, par Don Taylor...

September 1, 2016

 

Voici donc la 10eme référence (traductions anglaises comprises) de notre collection JAMAICA INSULA. Il s'agit de la traduction d'un livre qui me tient particulièrement à coeur car il fait partie de ceux qui ont changé ma vision du reggae et de la Jamaïque en m’ont permis de me faire une idée beaucoup plus réaliste et claire de ce qu’avait pu être « l’épopée Marley ». 

 

Personne avant Taylor n’avait tenté de rendre justice à une réalité plus crue, plus nue. Transformer Bob en mythe est bon pour les gens qui font fructifier son image de « prophète ». Plus il devient « iconique », plus il vend. Des disques, du café, des vêtements... et bientôt de la ganja. Que gagnent ces « gardiens du temple menteur » à ainsi garder jalousement tous les accès au mythe ? Plus de 20 millions de dollars en 2015 d’après le classement Forbes des personnalités mortes ayant rapporté le plus d'argent ; Bob est devant John Lennon.

En fait, plus l’on creuse les alentours de Marley, plus l'on tombe sur des « chasses gardées », des non-dits et des bizarreries que personne n’explore. Souvent par manque de courage. Les places dans le journalisme reggae sont rares, donc chères. Et il n’est pas très malin de se mettre à dos une clique aussi puissante. Mieux vaut s’en tenir aux versions officielles, manger de la bonne "soupe Marley" et se dire que « everything is gonna be all right. » Don Taylor, malgré sa position privilégiée dans les affaires de Bob, n’a jamais été de ce monde. Trop noir, peut-être ? Trop indépendant, surtout. Et ayant refusé trop de compromis à Blackwell & co. Tout se paye, ici bas. Et Taylor fut enterré en 1999 dans l’indifférence générale, sans qu'aucune personnalité du show business ou de la polituqe ne daigne lui rendre un dernier hommage. Mais même pour descendre au tombeau, il vaut mieux être seul que mal accompagné. Et malgré les défauts que je suis le premier à trouver à cet ouvrage, ses failles, ses omissions, sa part de subjectivité partisane, il reste pour moi le témoignage légitime d’un acteur du "mythe Marley" qui a refusé de participer aux petits « ismes et schismes » de l’industrie musicale. Il a donc parfaitement sa place dans notre collection indépendante car nous n'avons, nous non plus, "aucun ami dans la haute société."

 

T. Ehrengardt

 

EXTRAIT DU LIVRE :

PREFACE

de

DREAD Editions

 

 

 

     Ce livre de l’ancien manager controversé de Bob Marley, Don Taylor (1943-1999), a des allures de biographie non autorisée. Á sa sortie, en 1995, il déclenche l'inquiétude du "clan Marley" qui charge la firme d’avocats Myers, Fletcher & Gordon d’envoyer un courrier préventif à l’éditeur :

« Mandataires de Madame Rita Marley, Monsieur Chris Blackwell et Monsieur Neville Garrick, ainsi que d’autres membres de la famille Marley (...), nous souhaitons vous avertir (...) que si (...) l’ouvrage diffame l’un de nos clients, nous avons pour instruction de vous faire un procès (...) et de réclamer des indemnités et la mise en place de mesures conservatoires. »

 

      En achetant les droits pour ce livre, nous demandâmes à l’éditeur jamaïcain LMH Publishing Ltd, si ces menaces avaient été mises à exécution. Après tout, Don Taylor n’y va pas avec le dos de la cuiller ! Le portrait qu’il trace de la « vorace » Rita Marley, du « magouilleur » Chris Blackwell ou du « poseur » Neville Garrick jure avec les biographies officielles adoubées par Island Records et le clan Marley. D’ailleurs, nous avions tenté d’avoir l’avis de Rita Marley sur ce livre, à l’époque de sa sortie. « Je ne l’ai pas lu », nous apprit-elle sur une moue dédaigneuse, calée dans un somptueux fauteuil de sa suite de l’hôtel Royal Monceau à Paris. « Il ne contient que des mensonges, et je ne lis pas les mensonges. » Nous n’en tirâmes rien de plus malgré notre insistance. Après tout, Don Taylor l’accuse à demi-mots d’avoir fait tuer Bob Marley ; une théorie récemment relancée par Bunny Wailer lui-même. Quant à Chris Blacwkell, le boss d'Island, à qui l’auteur n’enlève pas tous les mérites, il apparaît comme un businessman machiavélique. Menteur, truqueur, roublard, et responsable de la plus grosse arnaque de l’histoire de la musique jamaïcaine. Rien que ça. Dawn Henry, avec qui nous avons négocié les droits du livre, répondit à notre question : « Nous n’avons jamais été assignés en justice par la famille Marley ; probablement, parce que ce livre ne contient que des faits. »

     On trouvera, dans cet ouvrage, quelques passages surprenants. Celui sur le Smile Jamaica concert confinerait à la naïveté si l’on n’y devinait pas quelque « légèreté » calculée. Mais qui d’autre témoignera de l’instant précis où les balles manquent de tuer Marley, ce soir de 1976 ? Don Taylor est alors seul avec lui, et il n'en réchappe que par miracle. Nous voici au cœur de ce qui fait l’intérêt de Bob Marley & Moi, son point de vue unique. Quelques omissions, erreurs et contradictions ? Sans doute. Une volonté de travestir parfois la vérité ? Peut-être... Roger Steffens, grand admirateur de Bob, en fit une chronique outrée dans la revue The Beat, à sa sortie ; mais lorsqu’il en toucha deux mots à Bunny Wailer, ce fut pour s’entendre dire : « Eh bien... Tout est vrai. »

     Bob Marley & Moi est le premier « évangile » apocryphe du mythe Marley, celui qui commença à fissurer la statue trop polie que certains lui érigeaient à dessein. Nous sommes donc heureux de publier ce livre passionnant, truffé de détails curieux sur l’envers du décor, d’anecdotes, parfois grinçantes, parfois tristes. Bob Marley & Moi est, de plus, parcouru d'effluves d'une Jamaïque enfuie, et relate le parcours extraordinaire de son auteur, depuis les rues de downtown Kingston jusqu'aux palaces du monde entier. Humainement, Don Taylor donne l'impression de passer un peu à côté des événements qu'il décrit ; est-ce de la pudeur ? Á la fin de l’ouvrage, il semble se retirer le cœur lourd.

     Bob Marley a été élevé au rang d'idole. Mais il n’en fut pas moins homme. Ce qui, à notre humble avis, ne diminue en rien son mérite, bien au contraire. D'ailleurs, il sort grandi de cet ouvrage. C'est quasiment le seul personnage dont l'authenticité et les qualités humaines ne sont pas remises en question. On pensera ce que l'on veut de ce livre, il faudra toujours lui reconnaître une indéniable légitimité. Bob Marley & Moi, un titre que tout le monde ne peut pas donner à ses mémoires.

     DREAD Editions


PS : Nous joignons à cette édition la discographie de Bob Marley la plus complète établie à ce jour.

 

Please reload

Featured Posts

Visite street art du cimetière jamaïcain de May Pen!

November 6, 2019

1/7
Please reload

Recent Posts

November 18, 2019

Please reload

0